« La main à plume vaut la main à charrue. Quel siècle à mains !  »

 

« L'amour est à réinventer.  »

 

« Je me crois en enfer, donc j'y suis.  »

 

« On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.  »

 

« Je suis esclave de mon baptême. Parents, vous avez fait mon malheur et vous avez fait le vôtre.  »

 

« La morale est la faiblesse de la cervelle.  »

 

« Ah ! Que le temps vienne Où les coeurs s’éprennent.  »

 

« La femme ne sait plus même être courtisane !  »

 

« La vision de la justice est le plaisir de Dieu seul.  »

 

« Quand sera brisé l'infini servage de la femme, quand elle vivra pour elle et par elle, elle sera poète, elle aussi !   »

 

« Le monde a soif d'amour : tu viendras l'apaiser.  »

 

« A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles, Je dirai quelque jour vos naissances latentes.  »

 

« O saisons ô châteaux. L'âme n'est pas sans défauts.  »

 

« Je est un autre.  »

 

« Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens.  »

 

« Si stupide que soit son existence, l'homme s'y rattache toujours.  »

 

« L'amour veut vivre aux dépens de sa soeur, l'amitié vit aux dépens de son frère.  »

 

« Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. - Et je l'ai trouvée amère.  »

 

« Le monde marche ! Pourquoi ne tournerait-il pas ?  »

 

« O flots abracadabrantesques Prenez mon cœur, qu'il soit sauvé.  »

  

« Les aubes sont navrantes. Toute lune est atroce et tout soleil amer.  »

 

« La nature n'est qu'un spectacle de bonté.  »

 

« La seule chose insupportable, c’est que rien n’est supportable.  »

 

« Ce n’est qu’au prix d’une ardente patience que nous pourrons conquérir la cité splendide qui donnera la lumière, la justice et la dignité à tous les hommes. Ainsi la poésie n’aura pas chanté en vain.  »

 

« Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres, Fermentent les rousseurs amères de l'amour.  »

 

« Le poète est vraiment voleur de feu. Il est chargé de l'humanité, des animaux même ; il devra faire sentir, palper, écouter ses inventions.  »

 

« Le monde est très grand et plein de contrées magnifiques que l'existence de mille hommes ne suffirait pas à visiter.  »

 

« Le ciel est joli comme un ange.  »

 

« La vie fleurit par le travail.  »

 

« La vraie vie est absente. Nous ne sommes pas au monde.  »

 

« Il faut être absolument moderne.  »

 

« La vie est la farce à mener par tous.  »

 

« J'ai fait la magique étude Du Bonheur, que nul n'élude.  »

 

« J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse.  »

 

« L’action n’est pas la vie, mais une façon de gâcher quelque chose, un énervement.  »

 

« C'est perdre son argent que de perdre son temps.  »

 

« L'ivresse, c'est le dérèglement de tous les sens.  »

 

« Et c'est encore la vie ! - Si la damnation est éternelle !  »

 

« Je redoute l'hiver parce que c'est la saison du confort !  »

 

« Esclaves, ne maudissons pas la vie.  »

 

« Plus de lendemain, Braises de satin, Votre ardeur Est le devoir.  »

 

« Je ne demande pas de prières ; avec votre confiance seulement, je serai heureux.  »

 

« Le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d'hommes.  »

 

« Le travail humain ! C’est l'explosion qui éclaire mon abîme de temps en temps.  »

 

« Allons ! La marche, le fardeau, le désert, l'ennui et la colère.  »

 

« L'éternité C'est la mer mêlée Au soleil. »

 

« L'enfer ne peut attaquer les païens.  »

 

« Salut ; c'est le printemps ! C’est l'ange de tendresse ! Ne devinez-vous pas pourquoi je bous d'ivresse ? Ange de ma grand-mère, ange de mon berceau, Ne devinez-vous pas que je deviens oiseau, Que ma lyre frissonne et que je bats de l'aile Comme hirondell  »

 

« Le rêve maternel, C’est le tiède tapis, C’est le nid cotonneux Où les enfants tapis, Comme de beaux oiseaux Que balancent les branches, Dorment leur doux sommeil plein de visions blanches !  »

 

« Tous les êtres ont une fatalité au bonheur.  »

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.



© Yoann Bouchard

Tous les poèmes présents sur ce site sont la propriété de son auteur et sont protégés par les droits qui en résulte d'après les article L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×