« Qui veut voyager loin ménage sa monture.  »

 

« J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer.  »

 

« Elle flotte, elle hésite : en un mot, elle est femme.  »

 

« Ainsi de leurs flatteurs les rois sont les victimes ; mais les rois, en tombant, entraînent leurs flatteurs.  »

 

« L’on hait avec excès lorsque l’on hait un frère.  »

 

« Plus l’offenseur m’est cher, plus je ressens l’injure.  »

 

« Au joug depuis longtemps, ils se sont façonnés ; ils adorent la main qui les tient enchaînés.  »

de Jean Racine

 

« Je crains votre silence, et non pas vos injures.  »

 

« La douleur qui se tait n’en est que plus funeste.  »

 

« Ma vengeance est perdue s’il ignore en mourant que c’est moi qui le tue.  »

 

« Je chéris ta personne et je hais ton erreur.  »

 

« Si la foudre d'abord accablait les coupables !  »

 

« Le peuple aime les rois qui savent l'épargner - il estime encore plus ceux qui savent régner.  »

 

« Un bienfait reproché tient toujours lieu d'offense.  »

 

« Le lâche craint la mort, et c'est tout ce qu'il craint.  »

 

« C'est dans les villes les plus peuplées que l'on peut trouver la plus grande solitude.  »

 

« Craignez, seigneur, craignez que le ciel rigoureux Ne vous haïsse assez pour exaucer vos voeux !  »

 

« Ma foi, sur l'avenir bien fou qui se fiera : tel qui rit vendredi, dimanche pleurera.  »

 

« Je l'ai trop aimé pour ne point le haïr.  »

 

« Si je la haïssais, je ne la fuirais pas.  »

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.



© Yoann Bouchard

Tous les poèmes présents sur ce site sont la propriété de son auteur et sont protégés par les droits qui en résulte d'après les article L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×