« La prospérité est le lien de l’amour.  »


« Fragilité, ton nom est femme !  »


« Le fou se croit sage et le sage se reconnaît fou.  »


« Un peu de chagrin prouve beaucoup d’amour, mais beaucoup de chagrin montre trop peu d’esprit.  »


« Mon corps est un jardin, ma volonté est son jardinier.  »


« Etre ou ne pas être : là est la question.  »


« C’est un malheur du temps que les fous guident les aveugles.  »


« Gémir sur un malheur passé, c’est le plus sûr moyen d’en attirer un autre.  »


 « Il n’est pas de vice si simple qui n’affiche des dehors de vertu.  »


 « Il n’y a que les mendiants qui puissent compter leurs richesses.  »


 « Avec l’amorce d’un mensonge, on pêche une carpe de vérité.  »

 

« Le fou, l'amoureux et le poète sont farcis d'imagination.  »

 

« Les hommes qui parlent le moins sont les plus vaillants.  »

 

« Les hommes doivent souffrir leur départ comme leur venue ici-bas ; le tout est d'être prêt.  »

 

« Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste.  »


« L'amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l'âme.  »

 

« Affectez du moins l'apparence de la vertu.  »

 

« Des mouches aux mains d'enfants espiègles, voici ce que nous sommes pour les dieux ; ils nous tuent pour s'amuser.  »

 

« Le mal que fait un homme vit après lui ; souvent ses bonnes actions vont dans la terre avec ses os.  »

 

« Ce sont les étoiles, les étoiles tout là-haut qui gouvernent notre existence.  »

 

 « L'on m'a dit aussi que vous vous fardiez. Fort bien ! Dieu vous a donné un visage, et vous vous en fabriquez un autre.  »

 

« Oh ! Attention, monseigneur, à la jalousie ; c'est le monstre aux yeux verts qui tourmente la proie dont il se nourrit.  »

 

« Combien le train du monde me semble lassant, insipide, banal et stérile !  »

 

« Raccommoder sa douleur avec des proverbes.  »

 

« Si vous avez des larmes, préparez-vous à les verser.  »

 

« Cette époque est désaxée.  »

 

« Rien n'est bon ni mauvais en soi, tout dépend de ce que l'on en pense.  »

 

« Il y a peu à choisir entre des pommes pourries.  »

 

« Les larmes prouvent leur amour, elles n'apportent pas leur remède.  »

 

« La pensée est l'esclave de la vie, et la vie est le fou du temps... »

 

« Il est dangereux d'être trop zélé.  »

 

« Nous sommes faits de la même étoffe que les songes et notre petite vie, un somme la parachève.  »

 

« Qui meurt paie ses dettes.  »

 

« Les hommes prisent l'objet qu'ils ne possèdent pas bien au-dessus de sa valeur.  »

 

« Un feu léger est vite étouffé : si vous le laissez faire, des rivières ne sauraient l'éteindre.  »

 

« L'espérance d'une joie est presque égale à la joie. »

 

« La mémoire est la sentinelle de l'esprit.  »

 

« La poésie est cette musique que tout homme porte en soi.  »

 

« C'est de ta peur que j'ai peur.  »

 

« Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur.  »

 

« Abandonnez ceux qui s'abandonnent eux-mêmes.  »

 

« Les dangers visibles nous causent moins d'effroi que les dangers imaginaires.  »

 

« Tout nuage n'enfante pas une tempête.  »

 

« Qui n'a plus d'espoir n'aura plus de regrets.  »

 

« Les poignards qui ne sont pas dans les mains peuvent être dans les paroles.  »

 

« Coeur insouciant vit longtemps.  »

 

« Il est des coutumes qu'il est plus honorable d'enfreindre que de suivre.  »

 

« Ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser.  »

 

« Les mots ne paient pas les dettes.  »

 

« On dit que le sang veut du sang.  »

 

« On ne lave pas du sang avec du sang mais avec de l'eau.  »

 

« Le sage ne s'afflige jamais des maux présents, mais emploie le présent pour en prévenir d'autres.  »

 

« Le chagrin, à certaine dose, prouve beaucoup d'affection ; mais à trop forte dose, il prouve toujours quelque faiblesse d'esprit.  »

 

« On peut faire beaucoup avec la haine, mais encore plus avec l'amour.  »

 

« Les blessures que l'homme se fait à lui-même guérissent difficilement.  »

 

« Quand l'argent précède, toutes les portes s'ouvrent.  »

 

« Nous aimons mieux mourir chaque heure de la crainte de mourir, que mourir une fois.  »

 

« Si faire était aussi aisé que savoir ce qu'il est bon de faire, les chapelles seraient des églises, et les chaumières des pauvres gens des palais de princes.  »

 

« Qui néglige les marques de l'amitié, finit par en perdre le sentiment.  »

 

« La gloire est comme un cercle dans l'onde qui va toujours s'élargissant, jusqu'à ce qu'à force de s'étendre, il finisse par disparaître.  »

 

« Ne soyez ni un emprunteur, ni un prêteur ; Car souvent on perd le prêt et l'ami, Et l'emprunt...  »

 

« Qui vole ma bourse vole une chose sans valeur.  »

 

« Le fou se croit sage et le sage reconnaît lui-même n'être qu'un fou.  »

 

« La colère est pareille à un cheval fougueux ; si on lui lâche la bride, son trop d'ardeur l'a bientôt épuisé.  »

 

 « Le mal que font les hommes vit après eux ; le bien est souvent enseveli avec leurs cendres.  »

 « Mais l'amour est aveugle, et les amants ne peuvent voir Les plaisantes folies qu'ils commettent eux-mêmes.  »

 

« L'amour est une fumée faite de la vapeur des soupirs.  »

 

« Le monde entier est un théâtre, Et tous, hommes et femmes, n'en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles.  »

 

« Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache.  »

« Les mots sans les pensées ne vont jamais au ciel.  »

 

« Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige, tu n'échapperais pas à la calomnie.  »

 

« La nécessité est la meilleure des vertus.  »

 

« Pense avant de parler et pèse avant d'agir.  »

 

« Qu'il est plus aigu que la dent d'un serpent D'avoir un enfant ingrat.  »

 

« Qu'est-ce que l'honneur ? Un mot. Qu'est-ce que ce mot, Honneur ? De l'air.  »

 

« Le mal de la grandeur, c'est quand du pouvoir elle sépare la conscience.  »

 

« C'est perdre la vie que de l'acheter par trop de soucis.  »

 

« Combien pauvres sont ceux qui n'ont point de patience.  »

 

« Les lâches meurent plusieurs fois avant leur mort ; Le brave ne goûte jamais la mort qu'une fois.  »

 

« Qu'y a-t-il dans un nom ? Ce que nous appelons rose, Par n'importe quel autre nom sentirait aussi bon.  »

 

« Ce qui commence dans le mal s'affermit par le mal.  »

 

« Le Temps ressemble à un hôte du grand monde, qui serre froidement la main à l'ami qui s'en va et qui, les bras étendus, embrasse le nouveau venu.  »

 

« Tout esclave a en ses mains le pouvoir de briser ses chaînes.  »

 

« Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre que n'en rêve votre philosophie.  »

 

« La douleur est le poison de la beauté.  »

 

« Pardonner est une action plus noble et plus rare que celle de se venger.  »

 

« Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil.  »

 

« Une chute profonde mène souvent vers le plus grand bonheur.  »

 

« Rien n'exprime mieux la joie que le silence. Si j'ai pu dire combien grand était mon bonheur, c'est qu'il était petit.  »

 

« Une fille n'a qu'une envie, c'est de se marier et quand elle est mariée, elle a envie de tout.  »

 

« Qui attend les souliers d'un mort risque de marcher longtemps nu-pieds.  »

 

« Rien n'est bon ou mauvais en soi, tout dépend de notre pensée.  »

 

« Les uns naissent grands, les autres se haussent jusqu'à la grandeur, d'autres encore s'en voient revêtir.  »

 

« Peste que soit de l'opinion publique ! Un homme vous l'endosse à l'endroit aussi bien qu'à l'envers.  »

 

« Qui veut faire à la hâte un très grand feu Commence avec de faibles brins.  »

 

« S'il était aussi facile de faire que de savoir ce qu'il faut faire, les chapelles seraient des églises et les chaumières des palais.  »

 

« La beauté provoque le larron plus que l'or.  »

 

« La nature est trop pauvre Pour lutter de prodiges avec l'esprit.  »

 

« Pour la tâche que nous aimons, nous nous levons de bonne heure, Et nous y mettons avec joie.  »

 

« Les brefs étés ont souvent des printemps précoces.  »

 

« Les hommes sont hommes, et les meilleurs s’oublient parfois.  »

 

« L’amour n’est pas l’amour, quand il s’y mêle des considérations étrangères à son objet suprême.  »

 

« Quand les coquins riches ont besoin de coquins pauvres, les pauvres peuvent faire le prix qu’ils veulent.  »

  

« Quand tu as adopté et éprouvé un ami, accroche-le à ton âme avec un crampon d’acier ; mais ne durcis pas ta main au contact du premier camarade frais éclos que tu dénicheras.  »

 

« Nul, en effet, n’a tort quand tous radotent.  »

    

« Que celui qui est volé ne s’aperçoive pas du larcin, qu’il n’en sache rien, et il n’est pas volé du tout.  »

 

« Il m’est plus aisé d’apprendre à vingt personnes ce qu’il est bon de faire, que d’être l’une des vingt à suivre mes propres leçons.  »

 

« J’ai vu plus de quatre-vingts ans de douleurs, et chaque heure de joie s’est toujours brisée sur une semaine d’angoisses !  »

 

« La jeunesse qui se borne au logis a toujours l’esprit borné.  »

 

« Il est dans la nature des hommes de quereller pour de petites choses, bien que les grandes seules les préoccupent.  »

 

« L’honnêteté est une folle qui s’aliène ceux qu’elle sert.  »

 

« Quiconque doit aimer aime à première vue.  »

 

« En toute chose on est plus ardent à la poursuite qu’à la jouissance.  »

 

« Le profit est bénédiction quand il n’est pas volé.  »

 

 « Plus le corps est faible, plus la pensée agit fortement.  »

 

« Une confession équivoque n’obtient qu’une absolution équivoque.  »

 

« Ce que l’amour peut faire, l’amour ose le tenter.  »

 

« Une femme repousse parfois ce qui la charme le plus.  »

 

« À certaines offres les filles, par modestie, disent un non qu’elles voudraient qu’on prit pour un oui.  »

 

« Il vaut mieux être trompé tout à fait que d’avoir le moindre soupçon.  »

 

« Je tiens ce monde pour ce qu’il est : un théâtre où chacun doit jouer son rôle.  »

 

« La pensée d’une femme court toujours en avant de ses actes.  »

 

« Des babioles, légères comme l’air, sont pour les jaloux des confirmations aussi fortes que des preuves d’écriture Sainte.  »

« Nous savons ce que nous sommes, mais nous ne savons pas ce que nous pouvons être.  »

 

« Pour savoir la pensée de nos ennemis, nous ouvririons leurs coeurs ; ouvrir leurs papiers est plus légitime.  »

 

« Avoir beaucoup vu et ne rien avoir, c’est avoir les yeux riches et les mains pauvres.  »

 

« Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes.  »

 

« Mieux vaut être méprisé et le savoir qu’être méprisé et s’entendre flatter.  »

 

« Oh ! combien ce monde de jours ouvrables est encombré de ronces !  »

 

« Pour un noble coeur, le plus riche don devient pauvre, quand celui qui donne n’aime plus.  »

 

« La langue des filles moqueuses est aussi affilée que le tranchant invisible du rasoir, qui divise un cheveu insaisissable au regard.  »

 

« L’inquiétude présente est moindre que l’horreur imaginaire.  »

 

« Tout grief n’est pas nécessairement de la haine.  »

 

« La conscience n’est qu’un mot à l’usage des lâches, inventé tout d’abord pour tenir les forts en respect.  »

 

« Il vaut encore mieux se servir d’une arme brisée que de rester les mains nues.  »

 

« Nous ne pouvons pas tous être les maîtres, et les maîtres ne peuvent pas tous être fidèlement servis.  »

 

« Plutôt ne pas en avoir, que d’avoir deux paroles dont une est de trop.  »

 

« Le vol qui consiste à se dérober est permis quand il n’y a plus de merci à attendre.  »

 

« Il n’y a pas d’art pour découvrir sur le visage les dispositions de l’âme.  »

 

« L’amitié est constante en toute chose excepté dans les intérêts et les affaires d’amour.  »

 

« La clémence ne se commande pas. Elle tombe du ciel comme une pluie douce sur le lieu qu’elle domine.  »

 

« Allons sagement et doucement : trébuche qui court vite.  »

 

« L’amour des jeunes gens n’est pas vraiment dans le coeur, il n’est que dans les yeux.  »

 

« L’éloge ne corrige pas le visage où la beauté manque.  »

 

« Il faut que l’auteur ait de l’esprit pour que l’oeuvre en ait !  »

 

« Le pouvoir de tout modifier souverainement est dans notre volonté.  »

 

« La réputation est un préjugé vain et fallacieux : souvent gagnée sans mérite et perdue sans justice !  »

 

« Quand une situation est au pire, il faut qu’elle cesse ou qu’elle se relève...  »

 

« Celui qui souffre seul, souffre surtout par imagination ; mais l’âme dompte aisément la souffrance, quand sa douleur a des camarades d’épreuve.  »

 

« Les orgueilleux ne laissent pas de gloire derrière eux.  »

 

« Il arrive toujours que nous n’estimons pas un bien à sa juste valeur, tant que nous en jouissons ; mais dès qu’il nous manque, nous lui découvrons le mérite qu’il ne voulait pas nous montrer quand il était à nous.  »

 

« Il suffit d’un atome pour troubler l’oeil de l’esprit.  »

 

« Prête l’oreille à tous, mais tes paroles au petit nombre.  »

 

« Si la connaissance est le but, te connaître doit suffire.  »

 

« Quel est l’auteur au monde qui vous enseignera la beauté aussi bien qu’un regard de femme ?  »

 

« Pauvres gens ceux qui n’ont pas de patience ! Quelle blessure s’est jamais guérie autrement que par degrés ?  »

 

« Dès que nous naissons, nous pleurons d’être venus sur ce grand théâtre de fous.  »

 

« Où la joie a le plus de rires, la douleur a le plus de larmes.  »

 

« Conquête trop aisée est bientôt méprisée.  »

  

« Les mots ne sont que des mots, et je n’ai jamais ouï dire que dans un coeur meurtri on pénétrât par l’oreille...  »

 

« La sécurité est la plus grande ennemie des mortels.  »

 

« Le talent se dénonce par cela même qu’il dissimules ses perfections.  »

 

« Amour, donne-moi ta force, et cette force me sauvera.  »

 

« Beaucoup peuvent supporter le mauvais temps qui n’ont pas le goût pour la tempête.  »

 

« Et le pouvoir terrestre est plus semblable à celui de Dieu quand la clémence adoucit la justice.  »

 

« Aime tout le monde, fie-toi à peu de monde.  »

 

« C'est une chose merveilleuse que l'instinct.  »

 

« J’aimerais mieux être un crapaud et vivre des vapeurs d’un cachot que de laisser un coin de l’être que j’aime à l’usage d’autrui !  »

 

« Celui qui meurt cette année en est quitte pour l'an prochain.  »

 

« A Noël je n'ai pas plus envie de rose que je ne voudrais de neige au printemps. J'aime chaque saison pour ce qu’elle apporte.  »

   

« Quelle pitié que les fous ne puissent parler avec sagesse des folies que font les sages !  »

 

« Quel besoin y a-t-il que le pont soit plus large que la rivière ? Le nécessaire est toujours la plus juste des concessions.  »

 

« Quand le courage empiète sur la raison, il ronge le glaive avec lequel il combat.  »

 

« Il est aussi aisé de compter les atomes que de résoudre les propositions d'une amoureuse.  »

 

« L'oeil ne se voit pas lui-même ; il lui faut son reflet dans quelque autre chose.  »

 

« La renommée est un instrument à vent que font résonner les soupçons, les jalousies, les conjectures.  »

 

« Le mal que font les hommes leur survit, le bien est souvent enterré avec leurs os.  »

de William Shakespeare

 

« Le mal que font les hommes leur survit, le bien est souvent enterré avec leurs os. »

 

« Le silence est l'interprète le plus éloquent de la joie.  »

 

« La vie est une ombre qui marche, un pauvre acteur qui se pavane et se trémousse une heure en scène, puis qu'on cesse d'entendre.  »

 

« La jalousie est un monstre qui s'engendre lui-même et naît de ses propres entrailles.  »

 

« Les grosses bedaines accompagnent les maigres cerveaux ; et si des mets succulents enrichissent le corps, ils ruinent l'intelligence.  »

 

« J'en connais qui passent pour des sages uniquement parce qu'ils ne disent rien.  »

 

« Les serments les plus forts ne sont que de la paille dans le brasier des sens.  »

 

« La passion s'accroît en raison des obstacles qu'on lui oppose.  »

 

« La dent cruelle de la douleur n'est jamais plus venimeuse que lorsqu'elle mord sans déchirer la plaie.  »

 

« Le coeur bat plus délicieusement à relancer un lion qu'à débusquer un lièvre.  »

 

« La bonté fait du bien à celui qui donne et à celui qui reçoit.  »

 

« Qui masque ses fautes se voit, en fin de compte, démasquer par sa conscience.  »

 

« Un ami devrait supporter les faiblesses de son ami.  »

 

« Abandonnez celui qui s'abandonne.  »

 

« Juger autrui, c'est se juger.  »

 

« Il n'y a pas de philosophe qui supporte avec sérénité une rage de dents.  »

 

« La société n'est pas confortable à celui n'est pas sociable.  »

 

« Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre que dans les rêves de la philosophie.  »

 

« La coupe de nos vicissitudes se remplit d'une liqueur changeante.  »

 

« L'oiseau englué dans un buisson se méfie de tous les buissons.  »

 

« Petite chère et grand accueil font joyeux festin.  »

 

« L'amour, c'est le soleil après la pluie, et la luxure, c'est l'orage après le soleil.  »

 

« Tout ce qui se ressemble n'est pas identique.  »

 

« Si doux est l'amour que nous avons imploré, plus doux est l'amour qui s'offre de lui-même.  »

 

« Si l’on passait l’année entière en vacances ; s’amuser serait aussi épuisant que travailler.  »

 

« L'espérance vertueuse va vite : elle possède les ailes de l'hirondelle.  »

 

« Ni la tour de pierre, ni les murailles de bronze travaillé, Ni le cachot privé d'air, ni les liens de fer massif, Ne peuvent enchaîner la force de l'âme.  »

 

« Le diable peut citer les Écritures pour ses besoins.  »

 

« L'humour. Une plaisanterie avec un air triste.  »

 

« Mourir en combattant, c'est la mort détruisant la mort. Mourir en tremblant, c'est payer servilement à la mort le tribut de sa vie.  »

 

« Tout captif porte dans sa main gauche le pouvoir d'anéantir sa servitude.  »

 

 

« Sage est le père qui connaît son enfant.  »

 

« Etre furieux, c'est être vaillant par excès de peur.  »

 

« Les transports violents ont des fins violentes et meurent dans leur triomphe ; aimez-vous donc modérément.  »

 

« La vertu accouplée à la beauté, c'est le miel servant de sauce au sucre.  »

 

« Là où loge le souci, le sommeil ne s'abat jamais.  »

 

« Puisque l'homme ignore ce qu'il quitte, qu'importe de quitter cela plus ou moins tôt.  »

 

« De même que tout est mortel dans la nature, de même toute nature atteinte d'amour est mortellement atteinte de folie.  »

 

« L'orgueil n'a pour se montrer d'autre miroir que l'orgueil.  »

 

« La mort, gendarme féroce, est inflexible dans ses arrêts.  »

 

 « La naissance, la beauté, la bonne façon, le raisonnement, le courage, l'instruction, la douceur, la jeunesse, la libéralité et autres qualités semblables, ne sont-elles pas comme les épices et le sel, qui assaisonnent un homme ?  »

 

« Le malheur se fait d'autant plus lourd qu'il s'aperçoit qu'on le supporte difficilement.  »

 

« J'aimerais mieux une folie qui me rendrait gaie qu'une expérience qui me rendrait triste.  »

 « Nous finissons par haïr ce que nous craignons trop souvent.  »

 « C'est à l'endroit où l'eau est la plus profonde qu'elle est le plus calme.  »

 

« Pourquoi faut-il que l'amour qui est si doux d'aspect, mis à l'épreuve, soit si tyrannique et si brutal ?  »

 

« Est bien payé qui est bien satisfait.  »

 

« Le corbeau chante aussi bien que l'alouette pour qui n'y fait pas attention. Que de choses n'obtiennent qu'à leur saison leur juste assaisonnement de louange et de perfection !  »

 

« Un homme honnête, par le temps qui court, on en rencontre un sur dix mille.  »

 

« Faire du zèle est dangereux.  »

 

« La sagesse et la bonté semblent viles à ceux qui ont l'âme vile.  »

 

« Sache que les hommes sont ce qu'est leur époque.  »

 

« Les hommes, à de certains moments, sont maîtres de leur sort ; et si notre condition est basse, la faute n'en est pas à nos étoiles ; elle en est à nous-mêmes.  »

 

« Qu'ils sont pauvres, ceux qui n'ont pas de patience !  »

 

« Celui qui persiste à suivre avec fidélité un maître déchu est le vainqueur du vainqueur de son maître.  »

 

« Les petites pluies sont longues, les tempêtes soudaines sont courtes.  »

 

« Fermez les portes sur l'esprit de la femme et il s'échappera par la fenêtre ; fermez la fenêtre et il s'échappera par le trou de la serrure ; bouchez la serrure et il s'envolera avec la fumée par la cheminée.  »

 

« Le personnage que nous sommes, c'est un jardin, et notre volonté le cultive.  »

 

« L'ambition fait préférer une défaite à une victoire qui ternit la renommée du chef.  »

 

« En disant deux fois pardon, tu ne pardonnes pas deux fois, mais tu rends le pardon plus solide.  »

 

« Qui veut élever en un instant une flamme puissante commence par l'allumer avec de faibles brins de paille.  »

 

« La nature a, peut-être, ses raisons de faire des coeurs impitoyables.  »

 

« L'âme ne se sépare pas du corps avec plus de douleur que l'homme de sa grandeur.  »

 

« Il est des gens qui n'embrassent que des ombres ; ceux-là n'ont que l'ombre du bonheur.  »

 

« Il n'est pas de vertu que la calomnie ne sache atteindre.  »

 

« Que nous devons mourir, nous le savons. Ce n'est que de l'époque et du soin d'en retarder le jour que s'inquiètent les hommes.  »

 

« L'esprit oublie toutes les souffrances quand le chagrin a des compagnons et que l'amitié le console.  »

« Quand nous voyons un supérieur partager nos misères, c'est à peine si nos misères semblent nos ennemies.  »

 

« Rarement le sommeil visite le chagrin ; quand il daigne le faire, c'est un consolateur tout-puissant.  »

 

« La mort est une dette que chacun ne peut payer qu'une fois.  »

 

« Les frelons ne sucent pas le sang des aigles mais pillent les ruches des abeilles.  »

 

« La vérité a un coeur tranquille.  »

 

« La plus grande gloire obscurcit la moindre. Un ministre brille autant qu'un roi jusqu'à ce que le roi paraisse : et alors tout son prestige s'évanouit.  »

 

« Le serment d'un amoureux n'est pas plus valable que la parole d'un cabaretier : l'un et l'autre se portent garants de faux comptes.  »

 

« Que le roi seulement soupire et tout le royaume gémit.  »

 

« Quand il est sans remède, un chagrin est fini et qui n'a plus d'espoir n'aura plus de regrets.  »

 

« La laideur est moins horrible chez un démon que chez une femme.  »

 

« L'affection et la naïveté muette disent bien plus en disant moins.  »

 

« On peut sourire et sourire et pourtant être un scélérat.  »

 

« Si les étranges vicissitudes de la fortune ne nous faisaient pas voir le peu de valeur de la vie, jamais on ne se résignerait à vieillir.  »

 

« Les serments les plus forts se consument au feu de la passion comme une paille légère.  »

 

« Un feu qui brûle en éteint un autre ; une douleur est amoindrie par la vivacité d'une autre douleur.  »

 

« Aux maux désespérés, il faut des remèdes désespérés, ou il n'en faut pas du tout.  »

 

« Un esprit sensible ne convient pas à qui porte une épée.  »

 

« Le plus pur trésor que puisse donner l'existence humaine, c'est une réputation sans tache.  »

 

« Les gens sont ce qu'est leur époque.  »

 

« Le temps est le maître absolu des hommes ; il est tout à la fois leur créateur et leur tombe, il leur donne ce qu'il lui plaît et non ce qu'ils demandent.  »

 

« Ce n’est pas un mince bonheur qu’une condition médiocre : le superflu grisonne plus vite, le simple nécessaire vit plus longtemps.  »

 

« L’âme du bonheur meurt dans la jouissance.  »

 

« Être grand, c’est épouser une grande querelle.  »

 

« Les hommes de peu de mots sont les meilleurs.  »

 

« En temps de paix, rien ne sied mieux que le calme, la modestie, l'humilité, mais que vienne la guerre alors prends exemple sur le tigre.  »

 

« Les hommes sont des oiseaux de passage.  »

 

« Nos doutes nous assaillent et nous font échouer. Et nous manquons le but que nous pourrions atteindre par crainte seulement de ne point l’atteindre.  »

 

« Tout honnête que soit, il n'est jamais bon D'apporter de fâcheuses nouvelles... Les mauvaises nouvelles, laissez-les S'annoncer elles-mêmes, à l'instant qu'elles nous touchent.  »

 

« Pour tromper le monde, ressemblez au monde.  »

 

« La musique est l'aliment de l'amour.  »

 

« Le passé est un prologue.  »

 

« Lorsque l'esprit est libre, le corps est délicat.  »

 

« Regarde avec tes oreilles.  »

 

« Les hommes sont ce qu'est l'instant.  »

 

« Le corbeau critique la noirceur.  »

 

« Le temps n'a pas la même allure pour tout le monde !  »

 

« Etre dans le doute, c'est déjà être résolu.  »

 

« La réflexion fait de nous des lâches.  »

 

« Vois comme cette petite chandelle répand au loin sa lumière ! Ainsi rayonne une bonne action dans un monde malveillant.  »

 

« Doutez que les étoiles ne soient de flamme Doutez que le soleil n'accomplisse son tour Doutez que la vérité soit menteuse infâme Mais ne doutez jamais de mon amour.  »

 

« La pitié devrait être la vertu de la loi.  »

 

« La paix ressemble à nos conquêtes, car des deux parties noblement soumises, aucune n'a vraiment perdu.  »

 

« Fées répandez partout La rosée sacrée des champs.  »

 

« Une parole honnête fait impression quand elle est dite simplement.  »

 

« L'amour contient tout juste ce qu'il faut pour l'éteindre.  »

 

« Pesez des serments avec des serments, et vous pèserez le néant.  »

 

« Si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des puissants... Car les puissants ne travaillent qu'à marcher sur nos vies.  »

 

« Demain, et demain, et demain ! C’est ainsi que, à petits pas, nous nous glissons de jour en jour jusqu’à la dernière syllabe du temps inscrit sur le livre de notre destinée.  »

 

« Ceux qui flattent le roi, l’abusent, car la flatterie est le soufflet qui fait monter la flamme du péché.  »

 

« Mieux vaut mourir incompris que passer sa vie à s'expliquer.  »

 

« Voilà bien les Français, ils tournent à tout vent.  »

 

« J’ai vécu assez longtemps : et le chemin de ma vie se perd dans les feuilles jaunies et séchées. »

 

« Souffle, souffle, vent d’hiver ; tu n’es pas si cruel que l’ingratitude de l’homme.  »

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 14/08/2013



© Yoann Bouchard

Tous les poèmes présents sur ce site sont la propriété de son auteur et sont protégés par les droits qui en résulte d'après les article L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×