Songe d'une Nuit

SONGE D'UNE NUIT

 

Parfois j’aurais aimé au-delà de ce que tout homme peut aimer

Au-delà des murs et murailles qui privent nos yeux de leurs beautés

D’un ciel bleu azur étincelant de poussière d’étoiles

Du souvenir de ton sourire j’en ai fait ma plus belle toile

 

Parfois j’aurais aimé connaître la souffrance plus tôt

Pour connaître le bonheur du réconfort, moi qui fus si sot

Passer du rire aux larmes, de la tristesse à la tendresse

Du réconfort de tes mots, de tes baisers pleins de délicatesse

 

J’aurais voulu grandir, au-delà des frontières que j’ai vu se construire

M’évader de ce monde infâme ou l’homme ne songe cas détruire

Être un oiseau volant de liberté, libre au cœur léger

Une colombe pure à la virginité pas encore gâché

 

J’aurais voulu rester un enfant aux rêves doux, pas encore amères

Rêvant encore d’amour sincère, main dans la main au bord de la mer

D’un endroit ou les roses auraient survécu à la haine

D’un moment où je ne pu dire je t’aime sans craindre d’être frappé par la peine

1282-6a0a5.jpg

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 12/05/2013



© Yoann Bouchard

Tous les poèmes présents sur ce site sont la propriété de son auteur et sont protégés par les droits qui en résulte d'après les article L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×