Roman - Du Paradis à l'enfer

J'avais à la base décidé d'écrire mon tout  premier roman dans le genre "Fantastique"  avec l'idée originale que mes amis en soient les personnages.

Comme je l'ai déjà fait avec mes pièces de théâtre* Mais hélas, après plusieurs tentatives il ne dépassera jamais les 17 pages.

D'une part car j'éprouvais pas mal de difficulté à écrire, et aussi par déception venant de certains amis qui figuraient dans le livre.  

 

DU PARADIS A

L'ENFER

 

10 Avril 2011, Yoann Padilla un simple étudiant dans l'université Lyon Lumière 2, qui suite à la disparition de son père se voit confier une immense fortune. Ainsi qu'une lettre inquiétante portant l'énigme "Celui qui rêve connaitra la réalité, celui cherchera le rêve devra affronter la vérité" Il se décide alors à enquêter sur les circonstances pour le moins étranges qui planent autour de cette disparition soudaine. Entouré de son cousin Cédric Rodrigues, de sa cousine Cindy Rodrigues, ainsi que ses fidèles amis Matthias Pulido et Jean-Baptiste Arnaud. Il est pourtant loin de se douter que sa recherche les ameneras dans un endroit ou nul n'aurait imaginé aller. C'est en "Solaris" un continent non repertorié sur les cartes du monde, que se trouve ce qu'ils cherchent. Et ce qui changera le monde, leur monde, à jamais.

 

 

Personnages principaux :

  • Yoann Padilla (Personnage principal)

  • Cedric Rodrigues (Cousin)

  • Cindy Rodrigues (Cousine)

  • Matthias Pulido (Meilleur Ami)

  • Jean-Baptiste Arnaud (Ami)

 

Personnages secondaires :

  • Amandine Garcia

  • Laurent Lacombe

  • Morgane Bachelez


     

    PROLOGUE

     

     

     

     

     

    Je me suis toujours demandé ce que serait la vie si elle me prenait mes rêves, Mais je ne me suis jamais demandé ce qu'elle serait si elle me prenait les personnes que j'aime. Et me voilà prisonnier de cette situation, il n'y avait plus d'échappatoire, plus aucun retour en arrière possible.

     

    Je ne pouvais qu'attendre la mort en solitaire, quelle horrible mort que mourir seul et perdu. Au fur et à mesure qu'il s'approchait de moi, je sentais les muscles de mes jambes se tétaniser. Sa silhouette m'apparaissait de manière plus distincte à présent. Mais chacun de ses pas m'enfonçaient dans mes songes et les souvenirs passés, le sourire de mes amis, les bons moments d'exceptions. Une manière de partir de ce monde avec une dernière image des êtres qui auront bercé ma vie.

     

    Il n'était plus cas quelques mètres mais mon coeur était déja loin, je sentis son souffle à la fois puissant et violent sur mon visage. Je ferma les yeux et avec sourire j'accepta la situation, il n'y pas de mort plus heureuse que le sacrifice pour que les êtres qu'on aime puissent vivre, rêver et aimer.

     

      

     

    "Être vieux c'est quand le passé envahit toute la place et qu'il ne reste

     

    plus d'espace à l'avenir. Être vieux c'est devenir une chose du passé

     

    dans un présent sans avenir..." Yvon Paré

     

     

     

     

     

    1. UN MYSTERIEUX HERITAGE

     

     

     

    Cet été devait être celui des vingts ans de mariage de mes parents, nous attendions avec impatience le mois de juin pour fêter l'évènement qui promettait d'être autant féérique qu'historique. Pour cela, ma cousine, mon cousin et moi avions prévu en secret d'organiser une soirée à thème pour faire de cette journée, un moment exceptionnel. Mais le téléphone sonna, au début je ne compris pas tout de suite ce qui se passait, je n'ai vu que les yeux de ma mère, ses lèvres hésitantes. Ce fût le moment le plus long de ma vie, bien qu'une seule minute venait de se passer. J'en voyais même au ralentis, les larmes couler le long de ses joues et tomber une à une, et vennir mourir sur le parquet.

     

    On a échangé un seul regard et je compris, ce n'était pas que des larmes qui venaient de mourir, au début j'espérais me tromper, ou que ce ne soit pas une personne que j'aime. C'est égoïste mais j'espérais que ce ne soit pas quelqu'un de notre famille, comme si le malheur d'une autre aurait préservé le bonheur de la mienne. Mais hélas, il me fallut affronter la vérité.

     

    • Garde en ton coeur l'image de ton père, sache qu'il t'estimait et n'oubli pas qu'il t'aimait et que dans ton coeur il restera à jamais. Il sera toujours là, mais mais il veillera sur nous de là-haut. Me dit-elle en me serrant fort dans ses bras.

     

    Á chaque fin de phrase je sentais l'étreinte de ses bras s'intensifier.

     

    Comme si elle cherchait à se rassurer qu'elle ne m'avait pas perdu moi aussi. En tout cas ce jour-là, j'ai perdu une partie de moi-même, j'ai perdu mon modèle, mon père. Je ne sais pas ce qui me fît le plus mal, perdre mon père ou l'absence du sourire sur le visage de ma mère. Celui qui quelques heures auparavant rayonnait encore de milles grâces, qui allait si bien avec son visage si doux et innocent dont on ne pouvait que tomber sous son charme.

     

    Maintenant tout cela me parait tellement éloigné à présent. Ce coup de téléphone ne doit pas nous enlever l'espoir, il ne dit pas qu'il est mort mais seulement qu'ils abandonnent les recherches, alors il est encore en vie ? En tout cas moi j'ai envie d'y croire. Le désespoir est comme un océan, sombre, immense et profond. Il engloutit nos projets et les gens qu'on aime, il n'en laisse que des souvenirs, et c'est ça qui me redonne espoir. Le souvenir de son sourire, le son de son rire, toutes ses choses qui font que c'était, que c'est, quelqu'un d'exeptionnel. On avait l'habitude quand j'étais encore enfant de ranger divers objets dans le grenier de notre maison, on y rangeait tous les objets qui à nos yeux avait une certaine valeur ou que l'on trouvait important.

     

    Mais ce jour-la, en rangeant certaines affaires, je decouvris une enveloppe étrange. Bien assez pour attirer mon attention au milieu des dizaines de lettres parmi lesquelles elle était entreposée. Elle était orné de fils d'or, ou était marqué d'une fine écriture au tracé tellement parfait le mot "Avenir" à la place du destinataire.

     

    J'étais partagé entre la curiosité et la crainte, la curiosité de connaître le contenu et la crainte de l'ouvrir. Il n'y avait qu'une simple lettre avec écrit en majuscule : "Ceci est ce dont je t'avais parlé, la découverte qui nous apportera la richesse." Avec ce trouvait une carte en apparence quelconque, mais à la diférence des autres, est qu'une des îles était marqué d'un asterix. Lequel était marqué en bas de page avec les indications Nord Est. "Les étoiles brilleront à minuit le ciel te guidera vers le monde qui est à toi." Une autre île était déssinée à la main d'un tracé tout aussi délicat que celui qui figurait sur le dos de l'enveloppe. 


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 05/04/2013



© Yoann Bouchard

Tous les poèmes présents sur ce site sont la propriété de son auteur et sont protégés par les droits qui en résulte d'après les article L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×